Infestation de chenilles processionnaires : les 3 mesures essentielles pour l’éradication

Que l’on parle de chenilles processionnaires du pin ou du chêne, ces insectes posent un risque conséquent pour les humains et les animaux domestiques. Membres de la famille des lépidoptères, ces chenilles ne représentent qu’un stade larvaire dans le cycle de vie du papillon de nuit. Les infestations de chenilles processionnaires sont répandues à travers de nombreuses régions d’Europe et, en raison de leur caractère nuisible, leur élimination rapide est impérative. Bien qu’il existe plusieurs méthodes de lutte, l’adoption de trois mesures complémentaires est recommandée pour assurer une éradication efficace.

Mesure 1 : l’échenillage

Il est essentiel de reconnaître que le principal danger des chenilles processionnaires réside dans leurs poils urticants, présents en grande quantité. Ces chenilles, habituellement perchées dans les arbres, descendent au sol pour entamer leur transformation, libérant potentiellement leurs poils irritants dans l’air. De ce fait, il est plus judicieux de les traiter lorsqu’elles sont encore dans les arbres, ce qui justifie l’emploi de l’échenillage. Cette technique implique l’utilisation d’une perche télescopique en carbone pour retirer les chenilles de manière sécurisée. Étant donné le risque élevé de contact avec les poils, il est conseillé de faire appel à des professionnels spécialisés dans cette méthode. Aller sur ce site permet d’accéder facilement à des services d’échenillage compétents. L’échenillage, il faut le souligner, comprend également la coupe et l’incinération des branches abritant :

  • Les œufs ;
  • Les pré-nids ;
  • Les nids ;
  • Les cocons.

Mesure 2 : la mise en place de collier écopiège

Lorsque l’échenillage n’est pas réalisable en raison de la hauteur des arbres, notamment des pins, une autre stratégie doit être adoptée : l’installation de colliers Ecopiège. Ce dispositif consiste à encercler le tronc d’un arbre avec une collerette munie d’un sac amovible où les chenilles processionnaires, qui ont échappé à l’échenillage, sont capturées lors de leur descente. Après chaque procession, le contenu du sac est éliminé et celui-ci est ensuite remplacé par un nouveau.

Pour les arbres particulièrement hauts, il est nécessaire d’augmenter le nombre de sacs pour assurer la capture de l’ensemble des chenilles. En revanche, pour les chenilles processionnaires du chêne, cette méthode n’est pas pertinente, car ces chenilles accomplissent leur cycle de vie entièrement dans l’arbre sans descendre au sol.

Mesure 3 : les pièges à phéromones

Pour garantir une élimination des chenilles processionnaires qui dépasse la simple saisonnalité et prévenir la réapparition de nouvelles populations, il est essentiel de compléter l’échenillage et l’installation de colliers Ecopiège par la mise en place de pièges à phéromones.

Ces pièges exploitent les phéromones sexuelles femelles pour attirer les papillons mâles, qui sont en quête de partenaires pour la reproduction. En imitant les signaux olfactifs des femelles, les pièges interceptent efficacement les mâles avant qu’ils ne s’accouplent, interrompant ainsi le cycle de reproduction des chenilles processionnaires. Cette méthode de piégeage contribue à une réduction significative de la population future de ces nuisibles.

Previous post Comment prévenir l’intrusion des guêpes et des frelons ?
Next post La saison estivale, une période critique pour les nids de guêpes et de frelons